« Raphaël hello, bonjour cher associé homme sensible »




Pour moi qui avait quitté le monde des hommes avec un petit h.

Celui qui avait aiguisé en moi mes instincts de survie, de compétition. De danger. De menace.

Ce monde de performances, d’objectifs, de réussite.

J’en étais parti dégoûté, vidé.


Pour devenir un homme, j’étais devenu une machine. Une machine à enchainer les todo-lists. Une machine à atteindre les objectifs. A faire fi de mes émotions. A faire taire mes « pleurnicheries ».


Je me devais d’être performant, fort, solide.


Ce monde des hommes (avec une petite hâche) je l’ai quitté il y a 5 ans et demi. J’étais terrifié d’y retourner. De devoir me forcer encore. De devoir forcer ma nature pour être une machine. Me conformer encore, alors que je suis multipotentiel, hypersensible.


Ce monde qui a vu mon élan de vie mourir.


Et un jour j’ai rencontré Michaël B.. Quelle surprise de voir un homme sensible et ancré dans son masculin !


Ca m’a beaucoup questionné. Il avait l’air d’avoir une force tranquille tout en douceur. Moi qui avait passé les 2 dernières années entouré de femmes majoritairement.

Il l’apprendra en lisant ce texte, mais il m’a montré la voie vers un autre masculin (je ressens toute l’émotion dans mes yeux au moment d’écrire ces lignes).

Il m’a comme réconcilié avec les hommes. J’avais de l’espoir de pouvoir être moi, en tant qu’homme entier, fort et sensible, au milieu des hommes. C’était en 2019.

Pour être un homme, je n’étais pas obligé de faire mal ? De me faire mal ? De faire mal aux femmes ? De me battre avec les autres hommes ?


Lui, il était là tranquille. A accueillir ce qui était en étant ancré en lui. Si tu savais combien ça a compté pour moi de te rencontrer cher Mickaël (mes yeux sont troubles à nouveau). Merci du fond du coeur.


Et puis septembre 2020, je suis sur Linkedin, je scrolle cette horrible timeline du monde des hommes. J’ai le dégoût en général de voir défiler toutes ces informations sans âme. Linkedin était comme ça pour moi. Le lieu où il est nécessaire d’aller, mais où il est obligatoire de se masquer avant. Quelle horreur. (Je crois que ça change petit à petit).

Moi j’y vais, résigné, pour faire de l’argent comme avant, le temps que j’ai le courage d’aller au bout de mes rêves à partir de mon coeur. Allez Mahdi, vas-y, faut bien que tu bouffes plus (quelle déchirure).


Je découvre qu’un ancien collègue, Raphaël, un homme, parle de l’intelligence sensible. Tiens ? Un autre homme s’intéresse à ça ? Un homme sensible ? Un autre ? Je lui envoie un message pour discuter.

Et puis nous discutâmes. J’étais sensible à sa démarche. Je voulais l’aider à réaliser son rêve d’apporter l’intelligence sensible dans les entreprises pour les rendre plus humaines. De changer ce qui l’avait tant meurtri. D’aider les hommes et les femmes de ce monde à se connecter à la part sensible en eux. De laisser de la place à leur part sensible, en plus et en coopération avec leur part machine (nécessaire aussi mais hypertrophiée dans ce monde des h). De prendre des décisions, de réaliser des actions en prenant en compte leur part sensible.


Nous prenons le temps de nous rencontrer. Je me rappelle cette journée où pour marcher notre parole, nous avons littéralement marché en forêt de Fontainebleau.


Je me souviens m’être assis sur une souche morte. Enlever une écorce et voir de la vie dedans. Des petites bêtes. Dire que j’aimerais bien accompagner la mort. La phase de deuil dans les entreprises. La phase de fin de vie avant la nouvelle. Juste comme ça. Je ne savais pas que quelques mois après, j’en ferai une aptitude dans mes accompagnements.

Assez vite, il était évident qu’il fallait qu’on associe. Qu’on honore le projet de 9 Sens (neufsens.fr). Nous avons questionné nos intentions. Quelle est la pierre angulaire de notre association ? Ce sans quoi nous ne pourrons rien accomplir dans la durée ? Ce sans quoi nous ne pourrons pas surmonter les épreuves de l’entrepreunariat ? Ce qui nous permettrait d’avancer dans l’inconnu ?


Nous avons décidé, et nous le respectons chaque lundi matin 9h, de prendre soin de notre

relation. De faire de notre relation les fondations de notre aventure. Ca fait plus d’un an maintenant, et nous en avons eu des conversations difficiles, des moments de doutes, des envies de lâcher, des hésitations, des déceptions, et pourtant chaque lundi, je prends le temps de me reconnecter à cet autre homme sensible pour prendre soin de notre relation. Quel cadeau de me réconcilier avec mon masculin et le monde des hommes.

Merci Raphaël pour ton chemin, pour ce que tu es, pour croire en toi, pour croire en nous. Pour mettre l’intelligence sensible au coeur de notre relation et de ton projet de vie.


Merci aux hommes sensibles de continuer à montrer la voie.

Mahdi

Ps : si vous souhaitez vous aussi développer votre intelligence sensible dans votre leadership ou dans votre entreprise, association, nous serions ravis d’échanger avec vous : neufsens.fr ou mahdi.lansari@neufsens.fr

Ps2 : en tant qu’associé·es, si vous souhaitez apprendre à prendre soin de votre relation, je serai ravi de cheminer avec vous https://www.cabinetseme.fr/mahdi ou mahdi.cabinetseme@gmail.com (Témoignage de Sandra : Mahdi m’a accompagné moi et mon associé dans une étape importante de notre collaboration. Il a été d’un aide incroyable pour nous: il nous a permit de rétablir une meilleure communication et de ressouder nos liens. Son excellente écoute, sa douceur et sa capacité à poser les bonnes questions avec habilité font de lui un médiateur hors pair. Je referai appel à lui dès que j’ai besoin aussi bien dans un contexte pro ou perso!)

19 vues0 commentaire